Paul LEWIS

Pianiste
  • Représentation: France

Biographie

Paul Lewis est internationalement reconnu comme l’un des plus importants pianistes de sa génération. Les intégrales Beethoven et Schubert qu’il a données au cours des dernières saisons ont été acclamées dans le monde entier, par la presse comme par le public. Elles ont consolidé sa réputation comme un des interprètes majeurs du répertoire germanique. Parmi les récompenses reçues, on peut citer le Prix du Soliste Instrumental de la Royal Philharmonic Society, 2 Edison Awards, un Diapason d’Or de l’Année, 3 Gramophone Awards, le Prix de la Deutschen Schallplatten Kritik, le Premio Internazionale Academia Musicale Chigiana et le South Bank Show Classical Music Award. En 2009, il a été nommé Docteur Honoraire de l’Université de Southampton. Il a été également directeur artistique associé du Concours International de Piano de Leeds de 2015 à 2018. En 2016, il est nommé Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique, dans le cadre des festivités pour l’anniversaire de la reine.

Paul Lewis se produit régulièrement en soliste avec les plus grands orchestres : Boston Symphony, Chicago Symphony, London Symphony, London Philharmonic, Orchestre de la Radio Bavaroise, NHK, New York Philharmonic, Los Angeles Philharmonic, le Royal Concertgebouw d’Amsterdam, la Tonhalle de Zürich, le Gewandhaus de Leipzig, le Philharmonia et le Mahler Chamber Orchestra.

Au cours des dernières saisons, il a donné l’intégrale des concertos de Beethoven avec le Melbourne Symphony Orchestra, le Sao Paulo State Symphony Orchestra et le Royal Flemish Philharmonic Orchestra. Il a par ailleurs été soliste de l’Orchestre de Paris (Daniel Harding), du Philharmonia (Andris Nelsons), Chicago Symphony (Manfred Honeck) et l’Orchestre de la Radio Bavaroise (Bernard Haitink).

Par ailleurs, il a proposé des programmes de récitals mettant en valeur les connexions entre des sonates de Haydn, les dernières œuvres de Brahms et les Bagatelles et Variations Diabelli de Beethoven.

Il participe aussi à de prestigieux festivals comme Lucerne, Mostly Mozart (New York), Tanglewood, Schubertiade, Salzbourg, Edimbourg, la Roque d’Anthéron, Rheingau, Klavier Festival Ruhr et les London BBC Proms où en 2010, il a été le premier pianiste à interpréter l’intégrale des concertos de Beethoven. Ses récitals le conduisent au Royal Festival Hall (Londres), Alice Tully et Carnegie Hall (New York), Musikverein et Konzerthaus (Vienne), Théâtre des Champs Elysées (Paris), Concertgebouw (Amsterdam), Philharmonie et Konzerthaus (Berlin), Tonhalle (Zürich), Palau de la Musica (Barcelone), Oji Hall (Tokyo) et au Recital Hall de Melbourne.

Artiste exclusif pour Harmonia Mundi, Paul Lewis a enregistré l’intégrale des Sonates et Concertos de Beethoven ainsi que les Variations Diabelli ; mais également la sonate en si mineur de Liszt, 4 Cds avec des sonates de Schubert dont les trois cycles avec voix (et le Ténor Mark Padmore) mais aussi un CD Moussorgsky/Schumann paru en 2015 ainsi qu’un disque tout Brahms (concerto en ré mineur et les Ballades) en 2016 et plus récemment des sonates de Haydn (2018). Un CD Weber et Schubert sortira en février 2019.

Paul Lewis a étudié avec Joan Havill à la Guildhall School of Music avant de poursuivre l’enseignement privé d’Alfred Brendel.

Avec son épouse Bjorg Lewis, violoncelliste norvégienne, il est directeur artistique du festival « Midsummer Music » qui a lieu chaque année dans le Buckinghamshire.

www.paullewispiano.co.uk

2018-12
Kaupo Kikkas, Igor Cat, Josep Molina, Jack Liebeck

Presse

Time and again you marvel at the confidence and sureness of Lewis's playing, combined with the finesse and musicality the he has always displayed.

Harriet Smith Gramophone

Mr. Lewis, the superb English pianist who has spent much of the last decade performing and recording Beethoven, is now focusing on Schubert. In this set he offers richly nuanced, soulful renditions of the Sonatas in C (D. 840), D (D. 850) and G (D. 894), the Impromptus (D. 899) and the Klavierstücke (D. 946), all fine examples of his compelling artistry

Vivien Schweitzer New York Times