Ernest MARTINEZ IZQUIERDO

Chef d'orchestre
  • Représentation: France et certains pays d'Europe

Biographie

Né à Barcelone en 1962, Ernest Martinez Izquierdo est Directeur Honoraire de l’Orchestre Symphonique de Navarre et principal chef invité de l’Ensemble Barcelona 216.

Après ses études à Barcelone et Paris, il commence une carrière de chef d’orchestre en fondant l’Ensemble Barcelone 216, spécialisé dans l’interprétation du répertoire de musique de chambre contemporain. En 1988, il est nommé chef assistant de l’Orchestre National d’Espagne et l’année suivante Pierre Boulez l’invite également comme chef assistant à l’Ensemble Intercontemporain à Paris. De 1997 à 2013, il est Directeur Musical de l’Orchestre Symphonique de Navarre et de 2002 à 2006, directeur musical de l’Orchestre Symphonique de Barcelone et National de Catalogne, puis son principal chef invité jusqu’en 2009.

Parallèlement à son travail comme directeur musical, il a aussi dirigé les formations espagnoles les plus réputées. A l’étranger, il a travaillé entre autres avec les orchestres symphoniques de Tokyo et de Kyoto, l’Orchestre Symphonique de la Radio Finlandaise, l’Orchestre Philharmonique d’Helsinki, l’Orchestre Symphonique de Trondheim (Norvège), la Philharmonie de Varsovie, l’Orchestre de Gulbenkian (Lisbonne), l’Orchestre Symphonique de Porto, le Sinfonica Municipal de Sao Paulo,
l’Orchestre Symphonique de Buenos Aires, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Lyon, l’Orchestra del Teatro Comunale di Bologna, la Beethoven Académie d’Anvers, l’Orchestre Tonkünstler de Vienne. Il a également dirigé l’Ensemble Contemporain de Montréal, l’Ensemble Modern de Frankfurt, le Klangforum de Vienne et l’Orchestre de Chambre Avanti d’Helsinki.

Parmi les temps forts de la saison 16/17, on peut citer la création mondiale du concerto pour harpe de Kaija Saariaho à Tokyo avec le Tokyo Symphony Orchestra. La première française aura lieu avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France dans le cadre du festival « Présences » en février 2017. Ernest Martinez Izquierdo dirigera également un opéra de Martin Matalon « L’Ombre de Wenceslao » (mise en scène de Jorge Lavelli). Cette oeuvre sera créée à Rennes en octobre 2016 et reprise dans de nombreuses villes en France sur toute la saison.

Parmi ses activités lyriques, on notera la production de l’opéra Adriana Mater de Kaija Saariaho, mis en scène par Peter Sellars (création à l’Opéra National Finlandais et à l’Opéra de Santa Fe, USA), Le Nozze di Figaro de W.A. Mozart (Emilio Sagi) et Carmina Burana de Carl Orff (La Fura dels Baus) et la nouvelle production de l’Amour de loin de Kaija Saariaho (Robert Lepage) à l’Opéra de Québec au Canada.

Ernest Martinez Izquierdo a enregistré sous divers labels tels que Deutsche Grammophon, Telarc, Harmonia Mundi, Col Legno, Ircam, Stradivarius et Naxos.

Il a reçu de nombreux prix, parmi lesquels, le Ojo Crítico de 1995, décerné par la station radiophonique RNE à la musique classique, le Prix Roland de Journalisme de Musique Classique de Catalogne de l’année 2000, le Latin Grammy de 2006 avec Michel Camilo, pour le disque dédié à George Gershwin et un Diapason d’Or en 2012 (Sarasate). Depuis 2006, il est membre de la Reial Acadèmia Catalana de Belles Arts de Sant Jordi.

www.ernestmartinezizquierdo.com

2016-08
DR, tous droits réservés

Presse

Deux pianistes de valeur, Juan Carlos Garvayo et Isabel Requeijo, un bel ensemble, et une baguette (celle d’Ernest Martínez Izquierdo) qui ne perd jamais un détail et accompagne María Bayo, sans la voir directement, pendant son aventure de chagrin-évitant-le-pire. Ernest Martínez Izquierdo: n’oubliez pas ce nom, un chef d’orchestre qui compte, depuis de longues années, et qui a été formé notamment en France.

Santiago Martin Bermudez Concerto.net, Avril 2014

Le chef catalan Ernest Martinez Izquierdo a la gestique d’une clareté et d’une précision singulière, ses mains semblant pétrir la pâte sonore. Il porte en outre un soin particulier à souligner la moindre inflexion de la partition, indiquant la métrique avec l’exactitude du métronome mais sans pour autant négliger l’expression. L’orchestre de chambre Avanti! est d’une rare homogénité de timbre et de virtuosité.

Brunoserrou.blogspot.fr le 24 avril 2013